270
Rano an-tanana
L'eau à portée des mains
Water in hand
Situation des villages avant le projet :

Les habitants souffrent non seulement de l’insuffisance en quantité de l’eau mais aussi de la très mauvaise qualité de celle-ci...

action

Problématiques rencontrés durant les projets

>> Quand la politique trouve une solution politique dans la décision du « maître d’ouvrage »

Dans une commune dans la région d’Amoron’ny Mania il a été prévu un programme de construction d’infrastructure d’adduction d’eau potable dans plusieurs villages. Dans la démarche classique de prise de décision de la commune , des études d’avant projet sommaire (APS) ont été engagées pour que la commune puisse décider du choix technique final à mettre en œuvre, l’approche par la demande oblige. Ce choix (unique) engagera l’avant projet détaillé (APD) qui constituera le dossier d’étude final servant de base pour la réalisation effective du projet.

 

La décision d’un choix technique d’approvisionnement est fonction de la capacité de gestion des usagers et de la commune, mais avant tout ,de la capacité financière disponible. Il est évident que les puits sont moins chers comparativement aux systèmes par gravitation.

Dans la région, vue la commodité offerte, l’adduction d’eau par système gravitaire dispose plus d’adhérent que le puits. De plus, la configuration topographique a fait que la majorité des projets d’adduction d’eau potable ont été effectuée par gravitation. De plus l’expérience des puits n’a pas toujours fait l’unanimité des usagers.

Malgré le conseil de différents bureau d’étude, en tenant compte du budget disponible, pour que la commune choisisse la construction des puits, le maire ne veut pas s’engager dans ce choix. L’élection approche : les communales seront programmées dans quelques mois… La réalisation de puits au lieu de système gravitaire est un risque à éviter pour l’assurance de la prochaine réélection… La décision est de continuer à faire faire l’APD pour les deux choix techniques…

 

>> L’engagement effectif des villageois en matière « d’apport bénéficiaire »

En vue d’impliquer les villageois dans le processus d’appropriation, des formes de participation, généralement appelées « apport bénéficiaire » sont programmées et valorisées dans la programmation d’un projet.

 

Dans le village d’AMBOHIMANANA, la confection des clôtures des bornes fontaines fait partie de l’apport des villageois. L’organisation est alors laissé totalement à l’initiative des membres, futurs usagers. L’une de ces bornes fontaines a décidé de payer un maçon pris parmi les membres après avoir reçu du technicien du FIKRIFAMA les directives suivies de la confection pratique d’un modèle. Quelques jours près, toute la construction effectuée montrait la faiblesse du savoir faire du maçon : enduit mal fait, verticalité des ouvrages non effective…Il a fallu refaire tous les ouvrages confectionnés…

Le technicien du FIKRIFAMA a présumé de la capacité des usagers de faire le suivi de la qualité des ouvrages et n’a pas prévu un accompagnement des membres en matière technique et organisationnel.

De plus les usagers, malgré leur investissement financier substantiel n’ont pas senti la nécessité de suivre le travail du maçon, croyant à la capacité de celui-ci….

Nos partenaires

Nous Travaillons en coordination avec des organisations internationales, entre autres :

141
L'UE
USAID
La Belgique
Protos
L'ONG ICCO
Aqua for all

Nous contacter

    Vos questions...
                 Vos commentaires ...

Nos réponses       

Statistiques

Compteur d'affichages des articles
162051